mardi 29 juillet 2014

Complètement cramé !, Gilles Legardinier

Info :
Complètement cramé ! 
Gilles Legardinier
Edition : Pocket
Prix : 7€70
Pages : 419
Ma note : 4/5

Lassé de tout, Andrew Black quitte l'Angleterre et se fait embaucher comme majordome en France, au Domaine de Beauvillier. Confronté à de surprenantes personnalités - sa  patronne, Odile la cuisinière, Manon, ou encore Philippe le régisseur -, lui qui croyait en avoir fini avec l'existence va être obligé de tout recommencer ...








Après les lectures de Et soudain tout change, et de Demain j'arrête ! que j'ai beaucoup aimé, c'est avec plaisir que je me suis plongé dans Complètement cramé ! de Gilles Legardinier. 

Andrew Black est un Anglais d'une soixantaine d'année. Il dirige une entreprise de fabrication de boites métalliques, dont il tient à garder le même fonctionnement de production qu'au temps de son père. Sa femme, Diane, est décédée depuis 7 ans, et il ne voit pratiquement plus sa fille à cause de la distance. Il se sent très seul sans elles. Les seules personnes qui lui reste son Richard Ward, son meilleur ami, et Jerry, une petite peluche kangourou à qui il confie tout.

Dès le début, nous comprenons que Black ne se sent plus à sa place, il se demande pourquoi il va encore au travail, il ne fait que ressasser, regretter le passer, il se demande pourquoi il fait encore parti de ce monde. Il se remémore souvent ses dernières fois : les dernières vacances en familles, le dernier repas avec ses parents, la dernière fois qu'il a tenu sa femme dans ses bras, la dernière fois qu'il a consolé sa fille... Black est un grand nostalgique.
A cause de ce grand mal-être et du sentiment qu'il ne compte plus pour personne, il décide de confier son entreprise à son assistante, et de retourner en France, pays de sa femme, où il sera majordome dans un manoir.

Lorsque Black arrive au domaine Beauvillier, nous faisons connaissance avec les personnages secondaires, qui seront présents à chaque page du livre, avec leurs propres caractères : Madame Beauvillier, la propriétaire du même âge que lui, vivant enfermée dans ses appartements ; Odile la cuisinière qui n'est pas du tout accueillante et qui marque bien son territoire ; Philippe Magnier le régisseur solitaire vivant au bout du parc ; Manon la jeune femme de ménage très gentille et très douce ; et enfin Méphisto le chat de Odile, et Youpla le chien de Magnier.

Après cet accueil pour le moins spécial, Andrew ne se sent pas bien au manoir. Il a une boule au ventre et à la gorge. Il veut tout abandonner et rentrer en Angleterre, mais il est obligé de terminer sa période d'essai de 4 mois, alors au début il compte les jours. Je me suis beaucoup retrouvée dans cette partie de son caractère. Au bout de quelques jours, Andrew s'habitue peu à peu à ce manoir froid et triste aux premiers abords. Il cache ses petits secrets, ses endroits où l'on se sent bien, comme l'immense parc du domaine, la roseraie cachée où sont abritées des centaines de variétés de roses, la bibliothèque, et la cuisine qui devient de plus en plus conviviale. 

Au commencement de ma lecture, lorsque j'ai vue que le personnage principal est un homme de cet âge, je craignais de ne pas accrocher, mais très vite, je me suis rendue compte qu'on ne peux que s'attacher à lui. Andrew Black a un don pour analyser les problèmes et pour exposer les situations avec une limpidité et une sagesse qui rassurent. Il apporte son aide à toutes les personnes du manoir, c'est un véritable ange gardien. Grâce à lui nous voyons les personnages évoluer, et leurs relations changer, ce qui va apporter une ambiance rassurante et paisible.

Pour conclure, Gilles Legardinier signe un roman, qui pour moi est dans la continuité des autres. C'est à dire qu'on passe un très bon moment, on ne voit pas les pages défiler, on se familiarise très vite aux lieux, et aux personnages. Mais surtout, il y a ce message que l'auteur veut nous faire passer. Ici il parle des relations entres les différentes générations, et le fait d'avoir vécu la majorité de sa vie. Et il ne faut pas oublier que tout le monde a été un enfant avant d'être ce qu'il est aujourd'hui
Après cette lecture, je peux dire que Gilles Legardinier est mon auteur masculin favori, j'aime la manière dont il écrit ses histoires toutes différentes les unes des autres, mais qui au fond, se ressemblent sur énormément de points. J'apprécie aussi à chaque fois ses petites anecdotes, ses petits mots qu'il glisse à la fin du livre.


"Certains objets ont le pouvoir d'abolir le temps, mais jamais la peine. Le réconfort qu'ils vous procurent se paie. Le bonheur qu'ils semblent raviver s'en va d'autant plus loin quand vous les relâchez, comme le ressac d'une vague."
p.55

11 commentaires:

  1. Contente qu'il t'ait plu ! Tu as raison, le fait que le personnage soit un homme assez âgé peut susciter l'appréhension mais finalement on accroche très vite avec lui :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que ça change, mais là j'en ai pensé que du bien :)

      Supprimer
  2. Je compte lire ça livre, on me l'a vivement conseillé, j'ai déjà lu demain j'arrête et j'ai beaucoup aimé. Je vais doncme llaisser tenter par celui-ci car tu me tentes bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisse toi tenter :) Je te conseille aussi de lire du même auteur "Et soudain tout change".
      Merci pour ton commentaire !

      Supprimer
  3. Une super lecture! Et les couv' sont toujours géniales! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'adore les couvertures moi aussi, surtout que nous retrouvons ces chats dans les histoires ;)
      Merci de ta visite :)

      Supprimer
  4. Ah oui on passe un très bon moment avec ce livre ! Mais j'ai préféré Demain j'arrête ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que le point de vue du personnage principal y est pour quelque chose ? Le fait de se retrouver à la place d'un homme change beaucoup :)

      Supprimer